Biographie de Léopold Szondi

 

Léo­pold Szon­di, né Son­nen­schein le 11 mars 1893 à Nyt­ro (Slo­vaquie), est le deu­xiè­me des neuf enfants du deu­xiè­me maria­ge de son père Abra­ham Son­nen­schein avec Rézi Kohn. En 1898, la famil­le démé­na­ge à Buda­pest. Bien que le père fût un cor­don­nier, il s’est ent­iè­re­ment con­s­a­cré à l’étude de la Torah, des écri­tures tal­mu­di­ques et has­si­di­ques. C’est à l’âge de dix-huit ans que Léo­pold déci­de de chan­ger son nom de famil­le en Szon­di. Après son ser­vice mili­taire (Pre­miè­re Guer­re mon­dia­le) et la fin de ses étu­des de méde­ci­ne, L. Szon­di tra­vail­le de 1919 à 1926 com­me assi­stant de recher­che pour le pro­fes­seur Pal Ransch­burg, psy­cho­lo­gue expé­ri­men­tal, méde­cin et pro­fes­seur cura­tif. De 1927 à 1941, L. Szon­di tra­vail­le com­me pro­fes­seur et direc­teur du Labo­ra­toire roy­al hon­grois de recher­che en édu­ca­ti­on cura­ti­ve pour la psy­cho­pa­tho­lo­gie et la psy­cho­thé­ra­pie au Col­lège d’éducation cura­ti­ve à Buda­pest. Sur la base de recher­ches fami­lia­les appro­fon­dies et auto­bio­gra­phi­ques, il déve­lop­pe une nou­vel­le théo­rie sur le choix de la mala­die et du par­ten­aire et sa prop­re psy­cho­lo­gie des pul­si­ons. En 1926 il se marie avec Lili (Ilo­na) Rad­vanyi (1902–1986). En 1928 naît sa fil­le Vera, puis en 1929, son fils Peter.

 

En 1941, Szon­di perd ses fonc­tions d’État et tous ses titres d’enseignement et de recher­che en rai­son d’interdictions pro­fes­si­onnel­les anti-jui­ves. Le 29 juin 1944, la famil­le Szon­di et d’autres » Juifs de l’échange » sont envoy­és dans le « camp de Hon­grie » de Buda­pest situé dans le camp de con­cen­tra­ti­on de Ber­gen-Bel­sen. Le 6 décembre 1944, la famil­le Szon­di est auto­ri­sée à par­tir pour la Suis­se sur la base d’un troc avec plus de 1 300 per­son­nes. Après un séjour dans le camp de réfu­giés de Caux, Zurich devi­ent la rési­dence de la famil­le Szon­di jusqu’à la mort de Léo­pold. Grâce à un héri­ta­ge géné­reux, L. Szon­di crée la fon­da­ti­on de Szon­di-Insti­tut et l’Institut de for­ma­ti­on et de recher­che sur la psy­chana­ly­se géné­ra­le et en par­ti­cu­lier la Schick­sal­psy­cho­lo­gie au 30 Kräh­bühl­stras­se à Zurich-Flun­tern. L. Szon­di reçoit à tit­re hono­ri­fi­que en 1970 le diplô­me de doc­teur de l’Université de Lou­vain en Bel­gi­que et en 1979 de l’Université de Paris VII pour ses réa­li­sa­ti­ons sci­en­ti­fi­ques. Il décè­de le 24 jan­vier 1986 à l’âge de 93 ans. Son épou­se meurt peu de temps après, le 18 août de la même année, à l’âge de 84 ans.